Jean-Philippe Guillaume revient dans la newsletter quotidienne du 20 novembre de Supply Chain Magazine sur le projet Perspectiv’Supply:

“« Quand les flux se détendent, ce sont tous les acteurs de la filière produits frais qui se détendent ». Telle pourrait être la conclusion du colloque qui s’est tenu à Lyon mardi dernier à l’initiative de la Carsat Rhône-Alpes et de l’Association Pil’es. Après deux années d’étude et d’échanges avec les entreprises concernées, il s’agissait pour ces organismes de mesurer les conséquences des flux hypertendus sur les conditions de travail et les performances de la filière.

S’il est difficile d’en tirer des généralités, force est de constater que l’ensemble des témoignages convergeait vers un même constat : l’allongement des délais de livraison permet de retrouver le temps nécessaire pour souffler, et du coup, mieux préparer les opérations jusqu’au magasin. « Non seulement cela nous apporte des marges de manœuvre pour mieux travailler, mais aussi pour mieux servir le client sans stresser la chaîne », confiait un industriel. Plusieurs grands distributeurs, mais aussi des logisticiens et des transporteurs se sont dit favorables à des délais plus longs et des commandes moins fréquentes, notamment pour des produits dont la DLC ne justifie pas des livraisons urgentes.

Des évolutions qui ne dégradent ni le chiffre d’affaires des acteurs, ni la qualité de service, mais doivent s’accompagner de mesures concrètes : concertation, anticipation, dialogue et partage d’expérience ont notamment été évoqué tout au long de cette journée.

Dans un monde où la vitesse de livraison (y compris le dimanche) est souvent montrée comme la principale condition de la réussite commerciale, ce travail autour des enjeux économiques, environnementaux et humains dans la Supply Chain, nous invite à nous poser les bonnes questions. “

Un édito à retrouver ici