De quoi parle-t-on?

Chez les fournisseurs, les colis préparés sont disposés sur les palettes selon un schéma de palettisation défini par chacun des distributeurs. On dénombre 6 cahiers des charges différents parmi les enseignes. Chaque cahier des charges décrit comment monter les palettes, séparer les couches de produits, etc. Il existe globalement 4 types de palettisation par cahier des charges :

  • Palette ou demi-palette homogène mono-produit
  • Couche-palette ou palette millefeuille : 2 à 8 couches mono-produit
  • Palette cheminée : 9 références montées en colonnes de 0,20 à 1,80 m
  • Pile de palettes : 2 demi-palettes cheminées superposées

Les exigences par type de palettisation combinées avec le nombre de cahiers des charges multiplient les schémas de palettisation qui peuvent atteindre plus de 20 modèles différents, que les préparateurs de commandes doivent retenir et appliquer au quotidien !

Comment harmoniser ces multiples schémas tout en préservant les spécificités exigées par les différents process?


Témoignage

“La multiplicité des cahiers des charges demandée par nos clients nous impose une forte complexité dans nos process et dans la formation de nos préparateurs de commandes. Ces nombreux cahiers des charges occasionnent des manutentions qui pourraient être évitées; et on ne comprend pas toujours pourquoi il faut, ici, séparer les références de produits, et là, les rassembler.”

Pierre Callet, directeur logistique de Lustucru Frais.
Voir la suite dans la vidéo ci-dessous

Impacts des palettisations hétérogènes

de multiples modalités de palettisations

La multiplicité des schémas de palettisation et l’utilisation des palettes bois comme supports intermédiaires est problématique à plusieurs titres :

  • Allongement des temps de formation des préparateurs de commande pour l’assimilation de tous les schémas de palettisation
  • Risques accrus d’erreur de préparation de commandes
  • Manipulation en moyenne de 50 palettes bois par jour par binôme de préparateurs (perte de productivité et manque d’intérêt pour ce type de tâche pénible et dénuée de tout bon sens)
  • Faible poids net des couches palettes: entre 40 et 150 kg
  • Nombre incalculable de palettes bois à manutentionner et à gérer
  • Augmentation de la casse pendant la préparation des commandes et le transport
  • Récupération compliquée, chronophage et coûteuse des palettes auprès des plateformes de distribution
  • Importance des moyens dédiés à la relocalisation (1 camion sur 5)
  • Prise en charge des palettes défectueuses par les transporteurs

Téléchargez le diagnostic complet et les préconisations


Retours d’expérience

Le témoignage de Pierre Callet, directeur logistique de Lustucru Frais

A lire également: