Le travail mené par le groupe d’une quinzaine d’entreprises bretonnes ces derniers mois a notamment permis de valider un diagnostic commun de la situation.

En 2016, le collectif rhônalpin avait élaboré un diagnostic qui identifiait déjà les 9 thématiques suivantes ainsi que les avantages, inconvénients et les coûts associés de chacune d’entre elles :

Des thématiques confirmées, un diagnostic validé

En 2019, le groupe de travail breton a confirmé dans sa quasi-totalité le diagnostic rhônalpin.

Du point de vue des magasins (2 enseignes différentes), la situation a évolué positivement en 3 ans et globalement, le service est amélioré.

Les trois autres maillons (industriels, transporteurs et plateformes de la grande distribution) constatent par contre peu d’évolution et le diagnostic rhônalpin de 2016 reste d’actualité en Bretagne en 2019.

Les participants au groupe de travail ont mis en lumière des apports complémentaires par rapport au diagnostic en fonction du produit concerné (rayon, DLC), de l’enseigne et dans certains cas de l’éloignement géographique ou de l’organisation interne : des bonnes pratiques ont même déjà été identifiées !

De nouvelles pistes de travail

Les participants ont mis en valeur d’autres thématiques à approfondir, liées notamment à la dématérialisation : ce sujet pourra être caractérisé par un groupe de travail dédié en 2020.

D’ores et déjà, des priorités ont été identifiées et des discussions entre maillons de la chaîne s’amorcent concernant les flux surcadencés ou hyper-tendus, les commandes tardives ou la gestion des promotions.